La place de la distance dans la FMD

Dans l’épisode précédent, nous avons vu quelques grands principes pour la conception d’une FMD. Passons maintenant à l’animation !

Cette vidéo est un approfondissement de celle introduisant les principes de conception d’une FMD, avec un focus sur les parties à distance.

En commentaires, nous vous invitons à faire le lien entre conception et animation :

  • Parlez-nous des modalités à distance que vous avez rencontrées, dans les dispositifs que vous accompagnez ou ailleurs
  • Racontez-nous la façon dont cette distance était animée !

On peut aussi discuter du fond de la vidéo, compliments, critiques et engueulades bienvenus !

Vos exemples ? Vos réactions ?

Laisser un commentaire

Toutes ces vidéos courtes sont agréables et intéressantes à suivre, le format permet de revenir rapidement dessus, sur un élément précis, et la fantaisie fait du bien. Je me surprends souvent à regarder d’abord et avoir une vision globale, puis ensuite à reprendre pour écouter plus attentivement , m’arrêter pour m’interroger. Bref parfait pour suivre à son rythme.
Je retiens le fait de penser simple en terme d’outils qui propose des activités en distantiel… Plus c’est simple plus il est possible de se concentrer ou se mettre en bonne disposition sur le fonds. Et de ce que vous proposez, le simple ne s’oppose pas à la fantaisie attractive qui booste un peu.
Des quelques programmes FMD proposés par quelques OF, deux points ressortent sur le distantiel:
– sous estimation du temps d’accompagnement des stagiaires, même si ils y avaient pensé et/ou qu’ils avaient été alertés. Donc je vais regardé la ressource proposée par Mathieu dans le post de Sandrine.
– pas assez de temps passé au démarrage pour l’explication du dispositif dans son ensemble, la prise en main des outils…
Mais les OF vus quand ils s’en rendent compte s’adaptent et imaginent des solutions pour les futures formations, ils ont un grand soucis d’efficacité pour ne pas perdre leurs clients réguliers =)

3+

Je retiens que le « donner envie » est encore plus important en distanciel. Lorsque je m’ennuie profondément en présentiel, je n’ose pas quitter la salle. Par contre, face à mon ordi je ne vais pas m’ennuyer longtemps, je passe à autre chose. Dans une salle, la situation est peut-être récupérable s’il y a un sursaut à un moment. A distance tout est perdu.
Pour entretenir voir développer la motivation, il faut assurer un accompagnement à distance, donc avoir une grande disponibilité du formateur + rythmer les séquences + designer. La plupart des formateurs qui interviennent dans les formations que nous finançons sont d’abord des conseillers agricoles, parfois des animateurs de groupe et manquent souvent d’expérience de formateur. Je retiens qu’avant qu’ils ne s’engagent dans des parcours FMD, il faut les inviter autant que de besoin à se professionnaliser sur une approche pédagogique dynamique, active, impliquante…. L’introduction des FMD est donc une occasion en or pour les inciter à se former eux-mêmes.

4+

Moi je pense que la FMD est très adaptée aux femmes. Bah oui, on sait faire tellement de choses à la fois… On peut maintenant se former à distance en se limant les ongles, en faisant le dîner des enfants ou même pendant une (courte) séance de sport. Ca fait rêver… Des commentaires ? 🙂

4+

je suis OK avec le contenu du message passé dans la vidéo
1 remarque sur le fond en tant que « personnel à distance », je suis pour ma part parfois un peu « distraite » par les images que vous mettez, qui sont surprenantes, amusantes et pertinentes, mais qui font que parfois j’en oublie de bien écouter en même temps ! je pense que c’est quand même un point de vigilance dans le contenu à distance et que la bonne « mesure » s’impose
Quant aux personnes qui anime des formations FMD dans ma région, je pense que si elles essaient de se professionnaliser au mieux dans le contenu dispensé à distance en retenant bien ces principes d’attractivité, elles sont parfois un peu « légères » sur la posture d’accompagnant, sous-estimant le temps à y passer et leur propres capacités à tenir ce rôle

4+

Merci pour ce feedback ! On a tellement peur des vidéos pédagogiques ennuyeuses qu’on en fait parfois peut-être trop…

Sur le temps nécessaire aux accompagnements à distance, Jacques Rodet propose cette tentative de décompte : http://blogdetad.blogspot.fr/2016/03/proportion-du-tutorat-dans-un-digital.html
À ne pas prendre pour argent comptant, vérifions d’abord ensemble ! À votre avis, quel est le temps du tutorat dans ce SPOC ? en sachant que notre taux tutoral est bien entendu de 0,1 ! On pourra ensuite comparer avec la réalité !

Sur les compétences, une prochaine vidéo va certainement nous permettre d’en discuter !

2+

Merci pour ta question Guitty. Je me demandais aussi ce qui se cachait derrière « UX »
Suite aux compléments de Mathieu, je retiens : « Intérêt, surprise et joie »
Au fur et à mesure du SPOC, je me rends compte de l’évolution du métier de « formateur ».
L’introduction du « digital » nécessite de développement de nouvelles compétences.

2+

Oui, sur l’évolution on y croit beaucoup ! C’est en grande partie dû au fait que l’information devient super abondante avec le digital, du coup, la valeur ajoutée se déplace de l’expertise vers la qualité de médiation.

Et c’est vrai pour les concepteurs aussi ! D’ailleurs, dans les OF que vous accompagnez, vous rencontrez des concepteurs-formateurs ou bien les deux rôles sont dissociés ?

2+

Bonjour,

C’est vrai que ça mérite un complément, merci pour votre question !
Il s’agit de la notion d’UX design appliquée au monde de la formation.

L’UX (user experience) design, c’est la conception de l’expérience qu’on a face à un produit ou à un service. À titre d’illustration, essayez de vous souvenir de ce que c’était d’acheter un billet de train de ligne en 2010… entre temps, les UX designers sont passés par là, même s’il y a encore du boulot 🙂
https://openclassrooms.com/courses/decouvrez-les-fondamentaux-de-l-ux-design/apprenez-a-reconnaitre-et-definir-l-ux

Je trouve très enrichissant d’adapter ces outils et méthodes au monde de la formation. On pourrait parler de LX (learning experience) design. Solène, notre ancienne collègue, en parle bien mieux que moi :
https://medium.com/@SoleneBerthet/design-dexp%C3%A9rience-apprenant-placer-les-%C3%A9motions-au-coeur-de-l-apprentissage-af809154396d

J’espère que c’est plus clair ! Sinon n’hésitez pas à me le dire, je tenterai une explication de vive voix !

2+

En ce qui concerne les 2 compétences-clés nécessaires à la réussite de temps de formation à distance, je ne suis pas sûre d’avoir bien compris la notion de « Design d’expériences apprenant ». Je comprends l’importance de favoriser le lien entre les connaissances transmises et les expériences des apprenants, et aussi l’intérêt de favoriser l’émotion, la convivialité, la surprise dans la conception du module, mais je ne me représente pas la notion de « Design d’expériences apprenant ».
Pourriez-vous m’éclairer ?
Merci !

5+