Le rôle de l’animation

L’animation des regroupements, c’est classique, on connaît déjà (même si pourra parler de la digitalisation du présentiel !).

La distance, en revanche, pose d’autres questions ! On sait que l’apprentissage suppose des interactions. On sait aussi qu’inscrire des individus sur une plateforme ne suffit pas à les faire coopérer. Dès lors, comment faire travailler un groupe d’apprenants qui ne sont pas au même endroit ?

Pour répondre à cette question, nos reporters sont partis à la rencontre d’une community manager bien connue !

 

Questions ? Réactions ?

Laisser un commentaire

je mesure tout le boulot à ne pas négliger de l’animateur de communauté qui doit gérer le groupe sans avoir de véritable « prise » sur celui-ci si ce n’est l’art du « teasing » , de la surprise et de l’adaptation… sacré boulot en réalité

0

Bonjour,
Je retiens le caractère subtil et tout en nuance de la fonction d’animatrice.teur de communauté :
– Créer une dynamique collective tout en veillant à personnaliser l’accompagnement des participants
– Etre présent tout en acceptant de ne pas être omniprésent
– Faire faire et faire dire mais surtout ne pas faire ou dire
Quel challenge !
Je retiens aussi les liens réguliers, le savoir surprendre, l’importance du ludique.
A plus tard sur la communauté du SPOC!

2+

Bonjour Florence, Merci pour ce retour détaillé !
Effectivement le travail de l’animation à distance est, souvent, sous-estimé et pourtant les conséquences de l’investissement sont là… :). C’est un vrai travail à engager avec les formateurs, leur posture et leur rôle évoluent nettement avec le distanciel.
Je suis ravie de ta synthèse qui reprend bien les points méthodologiques à retenir.

0

Bonjour Lola,
Le rôle de l’animatrice ou e l’animateur de la communauté est rarement décrit avec autant de précisions, même partiellement.
D’ailleurs le rôle d’animateur de communauté (en français dans le texte ou en anglais) n’a jamais été cité comme tel dans les DF que j’ai pu accompagner. Il y a certainement de notre part un travail plus précis à faire auprès des formateurs ou responsables formation pour qu’ils différencient bien les deux et la plus value liée à l’animation.
Comme points de méthodes je retiens :
– le contact régulier par newsletter,
– engager les apprenants en les sollicitant, en les surprenant
– effectuer des bilans réguliers entre personnes qui dispensent et animent
suivre également individuellement pour répondre aux attentes particulières
Comme posture :
– assurer une présence régulière
– surprendre
– faciliter le retour aux espaces digitaux (lien hypertexte
– valoriser les retours des apprenants
– s’appuyer sur d’autres personnes ressources
– s’adapter

2+